Fév 142012
 

Si vous possédez un compte twitter, vous ne devez pas avoir  trop de mal à trouver des comptes qui recoupent vos centres d’intérêts, du moins au début…

C’est sûrement un des articles, si non l’article le plus court de ce blog, voici le lien vers la liste Twitter des comptes que j’ai sélectionné.

Les comptes sont majoritairement orientés sur le web et le développement, mais on y trouve un peu de tout, la liste n’est bien sûr pas exhaustive.

Avr 052011
 

En réaction à Presse-citron et LeMonde.

En lisant le second article sur Le Monde, je me rappelle en effet le fait qu’un certain nombre de FAI, et d’acteurs internet majeurs avaient assez mal accueilis la législation devant entr un viguer, leur forçant à conserver pendant une année les données de chaqun de leur utilisateurs. Cette réforme ayant pour but de pouvoir mettre à disposition des forces enquêtrices à ces données dans le but de prouver je un fait ou une action de la part de l’internaute.

Jusque là, rien de surprenant, enfin en théorie, car premièrement d’un point de vue technique, la quantité de données à sauvegarder est immense, rien que la totalité des membre du réseau Facebook représentent à eux seuls probablement des Gigabyte de données, peut être même bien des Térabyte.
Cependant, ce petit obstacle est surmontable via des supports de stockage adaptés.

Deuxième problème, la vie privée. Ce sujet qui prête à des débats qui semblent ne pas avoir de fin est omniprésent sur internet. Et pour cause, il est évident que lors de la transition d’infirmations sur le réseau Internet les données sont routées aux travers de nombreux équipements actifs assurant l’arrivé des données à bon port. Jusque là pas de problème, cependant, ces routeurs, switchs, et autres équipement ne stockent pas vos données personnelles, en revanche quand on arrive sur un serveur Facebook, Youtube, DailyMotion, le serveur enregistrera un certain nombre d’informations, telles que votre adresse IP, votre localisation aproximative si possible, votre User-Agent contenant des informations sur votre navigateur et certains de ces plugins…
Ces données ainsi crées ont pour pour de faciliter la navigation de l’internaute, et de présenter des publicités « mieux » ciblées.

Cependant pour rejoindre avec l’article du Monde je vais parler ici des données personnelles relatives à celles de votre profil facebook, des adresses postales associées, des pseudonymes utilisés, des adresse email,…

Ces données là devraient être conservées pendant une année par les plaformes qui les hébergent les dites données, mais si je me désinscrit de Facebook par exemple, comment être sûr que toutes les données relatives à mon profl soient suppimées, puisque en théorie ces données seront conservées encore un an après ma désinscription ?

Or la CNIL tant connue offre un droit d’accès et de modification / suppression des données informatiques le concernant, d’ailleur allez faire un tour par là pour voir et ici pour les droit indirects.
Ce qui m’interpelle le plus dans l’histoire c’est pas en soit l’enregistrement de ces données, mais comme le fait remarquer l’auteur de l’article du monde : « et surtout « le mot de passe ainsi que les données permettant de le vérifier ou de le modifier ».« , ce qui d’après moi ne permet pas de garantir l’intégrités des données dans la mesure où la personne ayant accès à ces données pourrait altérer ces dernières comme il le voudrait.

Bien sûr ce scénario de complot se rapproche des films de Science Fiction, cependant il faut reconnaitre, que sur le plan théorique, ce n’est pas impossible. Dans un monde régit par l’information – peut importe sa nature – la personne ou l’entitié qui a la main sur ces informations possède un pouvoir non négligable…

 

Le second article tiré de Presse-Citron quand à lui fait référence à l’outil de recherche du site de micro-bloging Twitter, à priori on ne voit pas forcement le rapport entre les deux articles, cependant après avoir lu l’article présentant l’amélioration des l’outil de recherche, je remarque qu’a la manière de Google, arrive la recherche sémantique, sensée  mettre en lumière le sens des mots lors d’une recherche. Je continue ma lecture, et dans la liste des opérateurs, je constate la présence de deux opérateurs, le premier est celui qui permet de rechercher des tweets postés depuis une position géographique telle qu’une ville, le second opérateur étend le premier en permettant d’ajouter à la localisation une marge d’erreur, c’est à dire par exemple 10 Km autour de la position géographique définie par le premier opérateur.

Bien que ces outils soient pratiques pour pouvoir faire des recherches précises, il utilisent des données telles que la position géographique, or même si l’utilisateur choisi de divulger ces données, ces dernières sont des données personnelles, et qui plus est tout le monde peut y avoir accès depuis le moteur de recherche du service. Il est toutefois possible de rendre privé ses tweets.

Cependant avec la démocratisation des outils possèdant des algorythmes permettant de vous « trouver » des comptes, ou des tweets succeptibles de vous intérresser, pourquoi ne pas crér un outil qui retrace les déplacements géographique d’une personne ? Et déduireo où il aime aller au ciné, où il habite, quel ville il fréquente, proche de quels endroits… Toute personne sachant se servir des outils de recherche, et capable de recouper des informations peut dès lors ammassez une certaine quantité de données relative à votre profil.

Attention, ne tombez pas dans la paranoïa, ce serait inutile et idiot. Non, je parle de tout ceci pour amener mon idée de départ : Les données. Ces données dont je vous parle depuis tout à l’heure, certaines sont extraites ou extrapolées, mais la plupart sont renseignées par… l’utilisateur lui même !
Bien sûr le but d’un réseau tel que Facebook ou Twitter est de partager du contenu (lien, image, données, …), cependant force est de remarquer que bon nombre d’utilisateur renseigne des informations personnelles dans leur profil, alors que ces même informations ne sont pas esentielles à l’utilisation de la plateforme qui les exploite.

C’est alors là que je me dit que si certaines informations sont pas fialtrables par l’utilisateur (IP, User-Agent, …) certaines de ces données sont fournies par l’utilisateur lui même, dès lors si on ne génère pas de données en complétant des numéros de téléphone, adresses postales, la plateforme ne pourra pas les inventer. Encore une fois sans tomber dans la paranoïa, lorsque l’on rempli un formulaire, il peut être utile de peser le pour et le contre à renseigner certaines informations personnelles, au risque de le regretter un jour.

Big brother is watching you…

Avr 042011
 

En réaction à ce tweet de @TraxesTrollme :

 

#Twitter : Le #Followback une fausse bonne idée ? http://bit.ly/hMJGJy @trollme

Dans un de mes articles parlait de twitter il y a quelques temps, c’est par là.

Dans l’article sur le blog de l’auteur vous trouvez un article sur ce qu’est le Followback, et sur la description de deux types d’utilisateurs. Pour se rendre sur son article, c’est par ici : http://troll-me.fr/twitter-le-followback-une-fausse-bonne-idee/.

Vous pouvez tant que vous y êtes faire un tour sur son blog http://troll-me.fr où vous trouverez bon nombre d’articles interessants en rapport avec les nouvelles technologies et l’actualité.

Fév 252011
 

J’ai récemment lu dans différents articles sur internet qu’il existe un certain nombres de logiciels qui permettent de profiter de fonctions avancées de recherche de contenus et de compts twitter apparentés à des mots clés, ou qui bénéficient d’une certaine notoriété.

Ces logiciels (clients twitter) ne datent pas d’hier, et certains d’entre eux proposent en plus des fonctionnalités offertes sur le site officiel Twitter, plus de fonctionnalités, principalement via l’utilisation des divers API qui sont mise à disposition des développeurs.

Ces applications offrent plus de possibilités à l’utilisateur qui peux, au travers de ces dernières, lui permettre de trouver des comptes Twitter succeptibles de l’intéresser. C’est parfois par ce biais qu’un certains nombre de comptes se retrouvent avec un nombre (très) important d’abonnements.
Au travers de ces différents articles, j’ai donc compris que la « mode », si tenté que l’on puisse appeler ça comme ça, consiste à suivre, et à se faire suivre par un maximum de personnes.

Certe vous allez me dire que le but d’un réseau social et de se construire un réseau de contacts, et dans le cas de twitter de suivre des comptes qui nous interessent.
Bien sûr. Cependant suivre des comptes interressants se résume t-il à suivre une plétore de comptes qui ne correspondent pas forcement à ce que l’on pourrait être en droit d’attendre.

Je suis un utilisateur fréquent de twitter, il représente pour moi une façon de me tenir, dans une certaine mesure, au courant des ce qui se passe sur la toile et dans l’actualité. Cependant je n’ai jamais suivi un compte qui ne présentait pas – pour moi – d’interêt. Or je constate chez mes abonnés qu’un nombre important d’entre eux (chez les autres aussi) ont tendance à suivre de façon systématique ceux qui les suivents sans qu’il y ai forcement – mon avis – d’interêt pour eux à les suivre. Je me pose donc la question de savoir si cet abonnement mutuel constitue une forme de « remerciement » action au travers de laquelle chaqun augmentera son nombre de comptes suivis et son nombre d’abonnés ?

Peut importe la raison qui motive ou non cet abonnement réciproque à fortiori inutile, je me demande, sans pour voir le savoir à quoi ressemble la timeline (ensemble des tweets de l’utilisateur et ds tweets de ses abonnements) des utilisateurs qui suivent 400, 800, ou plus de 1000 comptes. En effet si vous êtes utilisateurs de twitter vous remarquerez que la fréquence des tweets posté est très soutenue et croit de façon importante en même temps que le nombre d’abonnements.

Est – il vraiment possible de suivre le flot de tweets généré par un nombre d’abonnements très important, comment peut on au final se « servire » de ses flots d’informations pour un quelque but que ce soit…

A moins qu’en effet le but ne soit, dans certains cas, que de diffuser une marque, un logo, une adresse web au travers de Twitter… Nul doute que c’est le cas pour certains comptes. Je ne condamne pas ces utilisateurs qui, je ne sais si et comment, arrivent à faire façe à ce flot d’informations, sans que celui finisse par perdre son interêt premier.

Ce que je trouve le plus « dommage », c’est quand je regarde mes abonnés, et que sur la quantité je m’aperçois qu’une partie non négligable d’utilisateurs possède un nombre très importants d’abonnements, j’ai l’impression (peut être même parfois la conviction) d’être suivi par des bots (programmes automatisés), qui en fait ne suivent mon compte que parce que mes tweets, mon nom d’utilisateur, ou ma description contienentt certains mots clefs…

Fév 212011
 

Je viens de recevoir un message sur twitter de la part d’une des,personnes dont je suis le compte, ce message me remerciait du fait de m’être abonné à son compte.

Rien de surprenant a ça me direz vous, en effet. Mais la question que je me pose est la suivante : les suiveurs aprecient – ils ce genre de message ?

Je dirait en ce qui me concerne que je n’y attache pas d’importance car non seulement, et malgré la bonne intention, ça ne sert à rien, mais en plus de ca, j’imagine que ces messages sont générés automatiquement par des programmes informatiques.

Je pense que la politesse n’a de sens que si elle s’adresse d’une personne à une autre personne, et pas venant d’un programme informatique.
Aurait – on ici atteint un, certain degrés d’hypocrisie ?

Pas de quoi fouter un chat certe, cependant je doute (parfois), de la sincérité de ses remerciments.

Bien que j’utilise (très) couramment les NTIC, je suis assez déçu, et parfois énervé, d’avoir à faire à des lettres types, messages automatisés, et autres systèmes de génération de messages impersonnels dans des circonstances où l’on serait en droit d’espérer à juste titre d’avoir à faire à quelqu’un de bien réel.

« Oui mais ces automates permettent de faire face à une demande qui ne saurait être satusfaite par un humain. »

Pertinant comme résonnement, bien sur que ces automatismes assurent la réactivité d’un grand nombre de services, mais je me penche ici plus particulièrement sur les messages qui devraient avoir une réponse personelle, j’ai personellement déjà reçu des réponses par mail et courrier de canditature pour un stage ou une demande d ‘entretien, ou encore après l’envoi d’un CV, des réponses, la plupart du temps négatives, qui avaient manifestement l’air générés. J’ai cette impression d’être en quelque sorte de n’avoir pas mérité quelque attention que se soit…

En conclusion, je dirais que bien que les intentions qui motivent l’envoi de ces messages puissent être légitimes, et ce dans le but de vouloir gratifier une action, ou encore de permettre de faire face à une demande importante, il est décevant de constater que ce principe là a une fâcheuse tendance à se généraliser à des echanges qui devraient mériter un temps soit peu de consideration, et dont l’acte de réponse ne devrait pas se limiter à l’envoi d’une rèponse type.

J’ai parfois l’impression que la non considération des gens dans la vie réelle a tendance à se répandre sur le net. Plus que jamais « je ne suis pas qu’un numéro » prend son sens, bien que sur le Web on devrait plus avoir tendance à dire « je ne suis pas qu’une adresse IP ».

%d blogueurs aiment cette page :