Août 052011
 

Depuis son invention jusqu’à aujourd’hui la technologie informatique ne cesse de franchir des défis aussi bien matériels que logiciels. J’aborderais dans cet article les évolutions technologiques majeures aussi bien dans l’innovation hardware, avec ses avancées et ses limites, mais aussi les évolutions softwares notamment au travers des systèmes d’exploitations. évidement je ne peux pas retracer l’ensemble des évolutions technologiques, mais celles qui me semblent notables, et aux quelles je pense. Elle sont bien sûr beaucoup plus nombreuses.

  • Supports de stockage
  • Systèmes d’exploitations
  • Limites matérielles
  • Limites logicielles
  • Le futur

— Supports de stockage

Les enfants d’aujourd’hui (ou du moins certains) ne savent même pas à quoi sert une disquette (3.5″) si on leur en montre une ! Bien que cette technologie reposant sur un disque souple recouvert d’oxyde magnétique puisse paraître vieille comme Erode, elle n’en est pas moins la descendante de technos encore plus anciennes.

  • La carte perforée
    La carte perforée est un support en papier cartonné sur lequel sont réparti des trous qui en passant devant un capteur optique permet de lire les dites bandes de papier et de recréer les données, la présence d’un trou ou d’un trait permet de sauvegarder les données sur les bandes.
  • La bande magnétique
    La bande magnétique est utilisée dans ces premières applications sous forme de cassettes audios qui servaient à stocker les programmes que l’on y avait stocker, à l’époque du Apple II ces bandes permettaient de charger des programmes en mémoires, ces dernières étant volatiles, ce support utilise le magnétisme pour la lecture/écriture.
  • Le disque dur
    Composant important de tout ordinateur est elle la mémoire de masse de ce dernier, cette technologie utilise le magnétisme pour stocker et lire les données. Les premiers disques durs offraient très peu de capacité, étaient très chers et très volumineux (RAMAC), avec le temps les disques durs se mignaturisent, et voient leurs capacité de stockage ainsi que leur vélocité augmenter fortement, si les premiers disques offraient 100Mo de capacité et étaient hors de prix, les derniers disques offrent des capacités allant jusqu’a 2To (10^12 octets) pour des prix plus abordables proportionnellement à leurs ancêtres.
  • La disquette 5 pouces et 3.5 pouces
    Supports de stockage utilisant un disque de plastique recouvert d’une couche d’oxyde magnétique, ce support utilise le magnétisme pour la lecture/écriture.
  • Le lecteur ZIP
    Support de stockage équivalent à la disquette en plus évolué, il permettait de stocker d’avantage de données (100Mo, 250Mo, 750Mo), mais c’est vite retrouvé remplacé par les CD-RW moins cher et tout aussi fiables, ce support utilise le magnétisme pour la lecture/écriture.
  • Le CD Compact Disc
    Le CD normalement vous devez connaître, cette technologie utilise un support en plastique sur lequel se trouve une couche qui permet à l’échelle microscopique de graver des données sur la surface à l’aide d’un laser (rouge), ces supports offrent une capacité de stockage de 750Mo en moyenne.
  • Le DVD
    Digital Versatil Disc, cette évolution du CD permet de stocker de plus grandes quantités de données sur un support de la taille d’un CD classique, ce support est utilisé pour le stockage de données, et la vente de films. Les capacités de stockage vont de  4.7Go à plus de 8Go.
  • La clef USB
    Le bus USB (Univsersal Serial Bus) permet d’accéder à grande vitesse aux données stockées sur un support, ou de facilement échanger des données avec un périphérique. L’arrivée des clé USB permet de stocker une quantité importante de données sur un très petit support. Les premières clés avaient pour certaines une capacité de 128Mo ou 256Mo environ, de nos jour les capacité de 2Go ou 4Go sont très abordables, il est même possible de faire l’acquisition de clé USB ayant une capacité de plus de 10Go. La version 3 du bus USB permet d’atteindre des débit sde données proches de ceux de la norme SATA. Ces supports utilisent les mémoires mortes (non volatiles) pour stocker les données.
  • Le Blu-Ray / HD-DVD
    Si le HD-DVD n’a pas su s’imposer et c’est incliné face au Blu-Ray ce dernier rencontre lui un franc succès, ce support est utilisé pour le stockage de données, mais aussi pour le stockage des films haute définition et des jeux vidéos tels que ceux pour la PlayStation 3, ce support de stockage reprend le principe du CD, mais cette fois utilise un support différent, et surtout un laser bleu, avec une longueur d’onde réduite, qui permet de graver plus finement les données, et donc un stockage plus important sur une même surface. Stockage de 7.5Go à 100Go.
  • Le SSD
    Solid State Drive. Cette technologie laisse tomber le stockage magnétique et les composants méchaniques des disques durs traditionnels, ici ont utilise des modules mémoire (NAND) pour stocker les données. Cette technologie a un atout considérable : celui du temps d’accès aux données utra-rapide qui doit permettre aux ordinateurs de démarrer très rapdidement, celà permet aussi au système d’exploitation, aux applications d’accèder rapidement aux données, ainsi le système est plus véloce. Le SSD offre aussi l’avantage de ne pas faire de bruit, de chauffer moin qu’un disque dur traditionnel, et surtout de ne pas possèder de partie méchaniques en mouvement qui sont souvent en cause dans les crash de disque dur.

— Systèmes d’exploitations

 

Les premiers systèmes d’exploitations étaient loin d’avoir une interfaçe aussi conviviale que ceux d’aujourd’hui. En effet la mémoire des machines qui les fesaient fonctionner n’aurait pas suffit pour permettre la mise en mémoire des instructions nescessaire aux interfaçes transparente, et autres widget qui ont tendance à envahir les bureaux des utilisateursDe nos jour les OS se complexifient, certains OS tel que Windows sont très largement utilisés.

Windows édité par la société Microsoft en est aujourd’hui à) sa version sept (Windows Seven) pour ses plateformes de bureau et ordinateurs portable, la firme propose aussi un OS pour les mobiles Windows Phone, qui rencontre un succès mitigé.

La version 7 de windows rencontre un franc succès par rapport à son prédécesseur Vista, en effet Vista est un OS gourmand en ressources et dont la stabilité fait reculer les migrations de XP à Vista, l’arrivé de Seven change la donne, un OS plus stable, moins gourmand en ressources, … Les migrations de XP à Seven sont plus importantes que de XP à Vista pour la même période.
Le prédécésseur de Vista, XP quant à lui à encore quelques années devant lui, en effet son support a été prolongé, vis à vis de son utilisation encore très massive, Microsoft maintien la produit à jour notament au travers de Service Packs.

Il existe cependant des alternatives telles que les distributions Linux (Ubuntu, Arch, Mandriva, …) existent est sont de plus en plus utilisées car elles sont gratuites et libres, elle bénéficient surtout d’une grand communauté d’utilisateurs qui apportent leut contribution pour l’amélioration des produits.

Le fait de la gratuité de l’OS à permis entre autre de l’utiliser dans des structures publiques telles que les administrations ou les gendarmeries ou sont encore utilisé pour des structures de grandes tailles, et même certains supercalculateurs. Ces distributions sont hautement personnalisables, on assimile souvent son utilisation à des « geeks » ou des pros de l’informatique, alors que ces systèmes sont accessibles à n’importe quel utilisateur lambda, ont y retrouve des interfaces semblables aux autres OS ainsi que des alternatives aux programmes disponibles sur les autres OS. Le nombre d’utilisateurs sur ces plateformes augmente de jour en jour.

Apple de son côté vient de sortir il y a peu de temps la nouvelle version de son OS : Lion. Apple mise surtout sur la qualité esthétique de ses interfaces, bien sûr le prestige de la marque influence les acheteurs, en effet contrairement à Microsoft Apple est aussi un fabricant de micro ordinateur.

Si leurs prix de départ sont élevés on remarquera la qualité soignée et le design particulier de la marque à la pomme croquée. N’oublions pas aussi que la firme a rencontré un succès colossal avec la vente de ses tablettes iPad (actuellement en version 2), son téléphone mobile iPhone, dont la sortie en version 5 est prévue sous peu, ainsi que son OS mobile iOS. Ces derniers produits ont fortement contribué aux très bons résultats de Apple ces derniers semestres.

— Limites matérielles

Quand je dit « limites matérielles »  je pense notamment à la loi de Moore qui avait prédit l’augmentation du nombre de transistors dans un micro processeur, jusqu’au moment ou on fini par manquer de place. D’autres problèmes se posent, si l’on veut gagner de la place, gagner en consommation électrique, et limiter les pertes de chaleur, il faut réduire la taille des transistors, or si vous ne le savez pas les transistors sont formés de 4 parties, l’émetteur, la grille, et le collecteur, en fonction de l’état du transistor, la grille laisse passer le courant au travers du composant. Le problème est que si vous réduisez à très petite échelle la taille du transistor, l’épaisseur de la grille est si infime qu’elle laisserait passer les électrons peut importe sont état.
Quant aux stockages de masse par exemple la place physique disponible sur les plateaux du disque dur est limitée, le nombre de plateaux aussi, même si la densité de donnée est aujourd’hui très importante elle a des limites. Une solution consiste à augmenter le nombre de composants de stockage
On se heurte donc à un compromis entre taille des composants et des transistors et leur nombre, température, consommation électrique, et bien sûr le prix.

— Limites logicielles

La principale limite à laquelle je pense est celle des systèmes 32 bits et leurs limitations sur l’adressage de la mémoire ou encore l’ impossibilité d’encoder un entier comme celui du timestamp au delà de Janvier 2038.
La gestion d’une quantité de mémoire vive RAM pour un système 32 bits est aussi limitée (adressage impossible au délà de 3Go). Le passage progressif des systèmes sur des bases 64 bits devrait, et devra se faire pour permettre l’évolution matérielle et logicielle.
Les systèmes d’exploitations devront eux aussi s’adapter pour exploiter le mieux possible les ressources matérielles de la machine. Le développement devra tenir compte aussi des évolutions matérielles, je pense notament au support des processeurs aux coeurs multiples, aux traitements multi-tâches,…
Je note cependant que ces limitations sont principalement dûes au type de matériel présent sur la machine exploitant les dits logiciels.

— Le futur

Les technologies de stockage, les systèmes d’exploitation, les composants matériels, les techniques logicielles ont beaucoup évoluées depuis leurs inventions, cette évolution est permanente, au fil des années, les barrières matérielles sont levées, de nouvelles technologies remplacent les technologies obsolètes.

Les SSD offres une alternative très intéressante auxdisques durs.
Les processeurs sont de plus en plus performants, et intègrent de plus en plus de coeurs.
Les techniques de stockage holographiques devraient un jour permettre des densités de données encore plus importantes.
Pourquoi pas un jour utiliser des photons en lieu et place des électrons ?
L’ordinateur quantique devrait ouvrir de nouveaux horizons…

IBM oriente des recherches du coté des ordinateurs cognitifs, des systèmes automatiques intègrent de plus en plus de logiciels qui embarquent des intelligences artificielles, les technologies de surveillances vidéos embarques elles aussi des logiciels avancés de traitement des images, capables de détecter des attitudes « louches ». Ces systèmes intelligents sont de plus en plus performants, et requiert des technoloqies logicielles et matérielles de plus en plus avancées, des efforts consièdérables sont faire pour arriver au meilleur compromis entre ces différents facteurs pour arriver à obtenir une informatique performante.
Ces technologies sont aussi de plus en plus présentes dans nos vies quotidiennes, elle intègrent un grand nombre d’objets dans quasiment tous les domaines, tels que la téléphonie mobile , les tablettes et dérivés, informatique personnelle, sonorisation, électroménager, automobile, …

Si on peut retracer les évolutions de ces dernières décades, peut – on envisager la façon dont ces technologies seront présentes dans notre quitidien demain. Quelle sera la forme de l’informatique de demain ?

Mar 122011
 

La question devrait plutôt être : La vie s’apparente t-elle à un programme informatique ?

Un certains nombre de films, romans, bandes déssinées, … Relatent des scénarii où la vie et les faits sont la résultance d’une logique applicative.

Sans tomber dans la science fiction, est ce complétement faux ? Après tout, tout ce qui est et demeure, ce qui se passe, … Tout ceci suit un processus logique de fonctionnement. De la même façon, les échanges entre humains se font de plus en plus sous forme de données informatique, les échanges tels que les mails ou les courriers suivent aux aussi des syntaxes particulières, se sont des protocoles, tout comme ceux qui permettent aux réseaux informatiques de fonctionner.

Certain(e)s diront que l’on reste humain quand même, on se vois dans la vie réelle, il y a des poignées de mains, … Cependant tout ceci s’inscrit dans des protocoles de politesse hypocrite pour mieux communiquer.
Les actions que l’on fait, les choix sont, pour certains, rationnels et obéissent à des processus de décision logiques, certe un humain dispose de choses dont ne dispose pas un odinateur, telles que les émotions, le doute, et bien sûr l’expérience. Et pourtant bon nombre de ces choix sont logiques, nos actions obéissent aussi à des analyses logiques de notres environnement.

J’apparenterais celà à des structures conditionnelles (Si… Sinon… Alors), le terme plsu général serait algorithme, là où en fait les actions correspondent à des actions logiques.

Bien sûr, vous allez me dire que ça ne se passe pas toujours comme ça, qu’il y a des inconnues, et heureusement en quelque sorte. Car si tout était aussi logique que ça rien ou presque de devrait nous surprendre, et il serait possible avec une puissance de calcul suffisante de voyager dans le temps, en extrapolant une situation future au travers d’algorithmes de comportement logiques d’un moment présent.

Seulement comme je le dis plus haut, tout n’est pas assugèti à une logique de fonctionnement sans faille, la météorologie n’est pas une science exacte, la météo aussi prévisible soit elle, a toujours sont lot d’inconnu. Et il y a aussi des fait, des phénomènes dont la logique nous échapent complétement ou presque, certaines maladies restent intraitables, certains phénomènes physiques, le fonctionnnement du cerveau par exemple, …

Cependant, je ne peux m’emepêcher de me poser la question, est ce que le monde tournerais mieux si tout suivait une logique infaillible, est ce que les gens seraient plus sereins, est ce qu’il y aurait moins de conflits ou de guerres, moins d’incompris ?

Je pense hélàs, si celà peut être considéré comme telle, qu’il s’agit d’une uthopie.

 

PS: Je ne suis pas fou vous savez.

%d blogueurs aiment cette page :